Saturday, May 31, 2008

Photos du Shower

Pour femmes seulement - les photos du shower de bébé.

http://zulumika.spaces.live.com/photos/cns!744D97078F275F7A!870/

CHeers!

Friday, May 30, 2008

Les terrasses sont ouvertes

Ça l’air qu’il y a un Rachelle-Béry au coin Iberville et Beaubien.
Whoa ! Ça fait trop de noms de rues dans la même phrase!

Entendu par Éve, sur une terrasse de la rue St-Denis.
Entendu à Montréal

Tiens, ça m'donne le goût ça là...

CHeers!

Tuesday, May 27, 2008

Histoire de marde

Pour installer mon thème du jour, quoi de mieux qu'une morale de 30 sous.

Qu'est ce qui est plus FORT que tout?

Vous avez répondu, la police? La justice? L'amour? Eh ben non, vous avez tors. La chose qui est plus fort que tout c'est: l'envie de chier. Quand y faut que tu y aille, 'faut que tu y aille!


Pour déjeuné, j'ai pris mon petit bol de Fruit Loops, un brin de lait, grosse cuillère, toute mangé, client content et j'commence à penser à ma journée puisque c'est une journée assez spéciale: mon gentil boss (sans ironie, juré) m'a payé une formation chez Technologia en Gestion de projets (3 jours, vraiment nice!). J'me suis levé avant l'cadran, tout excité, les cheveux drette su'a tête, le pouelle drette su'é bras, j'avais super hate. Depuis l'temp que j'veux devenir chef de projet, j'me rapproche tranquillement de mon but. C'est vraiment cool; belle journée qui s'annonce.

Tout ça pour dire que c'est une belle journée - ordinaire mais pas routinière. Le cours commence. C'est ben intéressant pis toute, mais juste avant le dîner, j'ai comme des crampes. Une genre d'inconfort pasl'fun, mais ça passe. Je vais dîner. Deux roteux , poutine et thé glacé en canne, toute rentre ben, mais j'ai encore ces espèces de crampes. L'après midi commence. Ça revient pis ça repart, c'est pas si pire. Le cours finni, c'te mal de ventre reviens pis assez fort en plusse.

Là, j'sort du building et je me dirige vers la gare centrale (ah, les joies de la banlieu...) pour pogner mon train de 4h30. L'envie m'pogne à mi-chemain drette l'a sur le trottoire, mais ça m'pogne solide. J'commence à marcher plus vite. Fait à noter, plus tu grouille beaucoup, plus que l'envie est fort. Faque là, j'essaye pas pas trop marcher vite mais juste assez pour me rendre à temps dans la gare pour me trouver une toilette au plus sacrant. J'rentre dans la gare à grande course, mais je break dans les escaliers mécaniques (le monde devaient me trouver assez fucké merci). Je rentre dans la section foire alimentaire, je vois le petit panneau de toilette, je suis la petite flèche qui indique d'aller tout droit. J'susi à moitié plié à chercher le prochain panneau qui va pointer vers cette osti d'toilette. Flèche à gauche. Continu. Marche. J'suis presque plié en deux. Panneau. Flèche à droite. Continu. Marche encore. Ça commence à crissement presser là. J'arrête au Tim, demande à la femme l'autre bord du comptoir pour la toilette LA PLUS PROCHE, "c'est juste au coin là", j'me garoche au coin les deux mains dans l'cul. J'ai l'impression que j'vais exploser. J'arrive devant la porte. Osti d'tab&?$?/%$?/%, c'est une toilette de femme.

"Fuck-it, j'rentre!"


nb. Pourquoi j'vous conte cette histoire là? Ben c'est que, j'me suis rendu compte que de se soulager dans une place que t'as pas d'affaire, ça ne soulage pas autant; faire son ti caca en voyant sous les murs de la caboose des ongles toute bien pédicurés dans des talons hauts, ça déconcentre...

CHeers!

Saturday, May 24, 2008

Redbull en poudre

On s'fait-tu une p'tite ligne?

Un genre de redbull en poudre vendu dans une fiole. "[...]on peut aussi se procurer le «kit-promo», qui inclut un miroir et une fausse carte de crédit pour se faire des lignes...".


I LOVE BLOW, bientôt disponible dans tous les bon magasins. Ça sent déjà le coup de hache de santé Canada suivi de la poursuite en cour suprême au nom de la charte des "j'ai ben l'droit de faire c'que j'veux pis tu peux pas m'empêcher de faire c'que j'veux parce queeeeeee bon".

Ça sera pas long que ça va se vendre en intraveineuse parce que la boisson agit pas assez vite et que "faut j'aille porter les enfants à garderie, vite pis faut j'fasse le souper vite pis faut j'donne le bain au plus vite pis faut j'les couche vite-vite pis faut j'aille travailler demain vite pis que la p'tite ein malade pis je n'ai juste pas eu le temps de m'coucher parce que j'était pogné à jouer au fesse (vite) avec mon voisin qui avait oublié de gober sa pilule bleu qui l'fait venir vite"...

Je trouve ce concepte de marketing génial. La preuve, ça choque. J'suis absolument pas d'accord avec et j'veux pas de d'ça chez nous, mais avouez que c'est génial! Le produit par contre, j'pense que c'est de la marde; un substitut pour ceux qui ne savent pas gérer leurs horraires et qui ne se couchent pas l'soir.




CHeers!

Wednesday, May 21, 2008

American size




Quoi comprendre de ce fait divers?

1. Ça sent le Péladeau à plein nez tout d’in coup. Mais ce n’est pas lui cette fois-ci. Pourtant j’ai toujours l’impression que les médias sont au bord du désespoir tellement ils n’ont rien à publier. Pathétique, triste, désolant.


2. Du monde qui appelle la police pour toutes sortes de raisons, ça m’trouble. Pas question de checker dans poubelle pour être sûr. Na-naon, appelle la police, vite, tu-suite, go, drette-là, police. Penses-pas, réfléchis-pas, vérifie-pas. Call da police.


3. Les américains font les choses en grand et en gros. En effet, ils ont des gros bazous, des gros centres d'achats, des gros guns et bien sûr, des gros burritos (et là, je parle vraiment de burritos et pas d'anatomie masculine - tsé, on en connait qui… En t k.). Tellement gros les burritos que le gros amaricain n'a pas été capable de toute le manger et ou que ce même burrito est tellement gros qu'on le confond avec un bébé.


Libre à vous d'élaborer un point 4.

CHeers!

Tuesday, May 20, 2008

Rien à racconter

Vraiment. Rien à racconter. J'étais un brin préoccupé par un petit projet d'aménagement extérieur; un carré de 10 x 10 en dalles de béton permacon avec 10'000 tonnes de poussière de roche en dessous. Je confirme, c'est pésant en criss de la poussière!

Chroniques blondes vient de publier un lien absolument adoable pour ceux et celles qui sont de type sucré: Les chocolats de Chloé. Le site est écoeurant!

À part ça, y'a le shower de bébé dimanche prochain. Pour femmes seulement. Pas de gars. Juste des femmes. Aucun gars. Plein de femmes. Zéro gars. Thank god!

Autrement j'ai ben de l'ouvrage cette semaine et j'sais pas si j'vais avoir le temps de pondre un beau petit billet cute-comique comme je le fais habituellement. En plus j'ai une formation sur la gestion de projets pendant 3 jours la semaine prochaine. Et le boute de la marde, c'est que je n'ai pas d'inspirations pour pondre de billets, aucun sujets ne me semble assez intéressant, niet, nada, fuck-all. Rien à racconter.

Peut-être vous auriez une idée à me proposer, pour que je la twist sauce Mathieu...

CHeers!

Thursday, May 15, 2008

Moin de 3 minutes

Mme Choniques Blondes à fait un post très intéressant hier concernant de très courts métrages ou le festival des films de moin de 3 minutes. Voici un de mes favorits (lire: évidement, ça prenait quelques chose de décappant pour bien refléter mon style).

CHeers!



Roof Sex
Uploaded by trescourt

Tuesday, May 13, 2008

Le BS

Qu'est-ce que le BS?

Un beau programme sociale vieux comme le monde qui me fait pourrir par en dedans et me donne souvent le goût d'aller méditer sur le trône blanc...

En voici un qui donne sa façon de penser sur la question.



C'est fou comment que c'te gars là est capable de dire tout haut ce que ben du monde pense tout bas.

CHeers!

Monday, May 12, 2008

Un extra-terrestre

Des nouvelles en bref (faut ben en donner de temps en temps).

La nourriture rentre, la grossesse avance et toute devient gros.
- Paroles de la femme.
- Nous rendons gloire à la pitoune.

J'vais peut-être poser mon quadrillé extra-intimité en fin de semaine. Peut-être pas. On pense à se sacrer un gazebo de 300 balles carré sur le spa. End of story. En tout cas, on verra. J'sais pas trop dans quoi je m'embarque là... Autrement, j'ai reçu une belle dose de perspective pour souper hier soir. Ça m'a levé un flag: dans 2 mois et demi, j'vais avoir beaucoup de "anger management" à pratiquer. J'me comprend... Une autre echographie est prévu dans deux semaines, donc d'autres photos pour votre bon plaisir dans moin de trois.


La chonique (faut ben écrire des trucs intelligents de temps en temps).

La déclaration du jour: pour une femme, quand tu deviens grand, tu deviens laid. (En tout cas, tu deviens moin cute...)

Je remarque souvent des femmes interagir avec des petits êtres. Un chaton par exemple. On sait tous que les femmes, ça aimes ça des petits chats. "Ohhaaaa qu'yé don ben cuuuuuuute c'te p'tit pou-ti-pou-ti-bou..." suivi d'une série de sons totalement incohérents que seules des femmes peuvent comprendre; un nouveau langage naît à chaque instant. Le simple fait de voir un p'tit chat se rouler à terre transforme la femme en une chose extravagante, complètement décousue et particulièrement irrationnelle. Heureusement, cette chose redevient femme à mesure que le petit chat grandit et vieillit. Plus tard, la tite boule de pouèle sera maintenant un animal mature, le délire retourne à l'état naturel et la femme reprend contrôle sur elle-même. C'est bien comprenable, un gros chat, c'est pas mal moin cuuuuuuuute.

Et là, on lui présente un bébé golden qui trébuche sur un rouleau de papier-cul. Et ça repart. "Ohhaaaa qu'yé don ben cuuuuuuute c'te p'tit pou-ti-pou-ti-bou...". Confusion. Propos cahotiques, insensés. La femme capote et perd ses moyens. Les années passent. Le golden grandit et ne fait plus des petites crottes d'amour sur notre beau gazon kentuky blue-grass mais bien des criss de gros tas puant dans'cours. On l'sait ben, un gros chien, c'est moin beau.

Ce matin dans le train, j'me suis fait distraire solide. J'étais confortablement accoté sur une pôle de stainless en écoutant les propos de Jean Lapierre (mon fidèle cellulaire sony-ericsson a une option radio que je trouve absolument fantastique quand vient le temps de m'isoler) quand soudainement, un groupe d'êtres en surplus d'oestrogène se sont mise à capoter devant une enfant de 2 ans. On aurait dit que des extras-terrestres avait "beamé" un bébé clone martien sur les genoux de la mère. Les quatre femmes n'étaient plus capable de se contenir. On sentait évidement l'effet d'entraînement tel un mouton qui part à courir et les autres qui suivent sans vraiment savoir pourquoi (j'ai personellement expérimenté ça en écosse et c'est très vrai... et très drôle). Quatre folles qui se désorganisent devant un petit enfant et qui sont incapable d'en revenir de sa "cuteté" (oui-oui c'est un mot). Ne sachant pas trop comment exprimer leurs sensations de tenir un bébé, elle se lâchent à gorge déployé, sans retenu, au diable Jean Lapierre: "Ohhaaaa qu'yé don ben cuuuuuuute c'te p'tit pou-ti-pou-ti-bou..." qui s'en suit du langage de débile qu'aucun homme ne comprend.


J'ai réalisé plus tard que c'est peut-être moi qui n'est pas vite. C'est peut-être moi qui n'a pas vu comme il faut. C'était peut-être vraiment un extra-terrestre! Un être d'une cuteté ultime, jamais vu avant sur terre, jamais rencontré ni observé auparavant et maintenant, ô illumination, aperçu dans un wagon de train à Ste-Dorothée en banlieu de Laval.

J'aurais peut-être dû porter une plus grande attention au freak-show pour me préparer à ce qui s'en vient...


CHeers!

Thursday, May 8, 2008

Payer mon loyer

Question à 100$ pour vous. Si tu ne paye pas ton loyer, y t'arrive quoi?
Réponse: tu t'fais sacrer dehors.


Eh ben non!

En tous cas, pas pour des Juifs de Boisbriand. Ça l'aire que quand t'es Juif, t'as des droits. Ça l'aire que quand t'es Juif, tu peux faire des demandes spéciales. Ça l'aire que quand t'es Juif, t'es au dessus de la loi.

Comme ça m'tente pas toujours de payer mon hypothèque (mais je l'fais quand même), j'ai presqu'envie de m'convertir pis d'aller voir ma banque.

CHeers!

Wednesday, May 7, 2008

Blogu'or 2008

Blogu'or 2008

(Je reviens tout juste de Syracuse, NY; je vous racconte ça tantôt.)

Au début j'me suis dit: "Bon kocé ça encore, un gala pour des blogues?! Ah ben ça c'est l'boute!". Dans un élan de grande tolérance extrème (j'me reconnais pus!), j'ai cliqué sur le p'tit lien et j'suis allé voir... Puis en regardant les mises en nominations, j'me suis rendu compte que ça 'ben du bon sang; même que j'ai passé la soirée à checker les sites des nominés.

Y'en a des maudits bons avec pleins de sujets variés et une tonne d'opinion intéressante. Très divertissant. Traduction libre: ça parles pas juste d'attente.
(oups, j'viens-tu juste d'écrire ça pour vrai moi là...)

Allez voter, ça presse: http://www.exivrogne.addr.com/

CHeers!

Friday, May 2, 2008

Facebook

Une des raisons pour laquelle j'suis pas un grand fan de facebook.



Cheers!

Thursday, May 1, 2008

Le temps de mon grand-père

Pour les fans de RBO: "Dans l'bon vieux temps ça s'passait d'mêmeeeeee, ça s'passait d'mêmeeee dans le boooooon vieuuuuuuux teeeeeeeemps."

L'autre jour, une amie me soulignais qu'elle accouchera peut-être dehors, en plein hiver au grand vent comme dans le temps d'Émilie Bordeleau. J'imagine que c'était les cas extrêmes du temps; la grosse misère. Ça m'a rappelé certains souvenirs...



Je m'rappèle du temps où on se construisait des boîtes à savon et on se sacrait littéralement en bas des côtes les plus apiques du cartier sans aucune protection. On étaient jeunes ettough dans c'temps là. Ça y allait en saint-géritol! Plus tard, on s'est fait deux demi-"ramp" (pour ceux qui on passé à travers la mode "skateux", mais dans notre cas, c'était en roolerblade) et on essayait de sauter par dessus la "house", grosses boîte en bois de 5 pieds de haut qui servait de plate forme pour relier les deux rampes. Bien sûr, avec-pas-d'casse, j'ai sauté la "house" et clairé la descente de rampe par 10 pieds. J'avais pris un air d'allé monstrueux... Plus tard, comme on s'en venaient habitués, on a simplement retiré la grosse boîte de bois pour espacer davantage les 2 rampes. On devait faire unjump de 15-20 pieds dans les airs avant de "lander" la deuxième rampe, toujours avec-pas-d'casse. Des fois on manquait un peu de vitesse et on ne "landait" pas exactement sur la deuxième rampe, genre un p'tit peu avant...

Je voudrais remercier la compagnie Johnson & Johnson.

Un soir, plus tard dans l'année, j'me suis rendu au "skate park" où y'a une "full ramp" de 12 pieds et un petite rampe de 6 pieds. Un maudit beau setup. La place parfaite pour pratiquer ses "moves", faire le show-off et ainsi évacuer devant les petites demoiselles groopies, le trop-plein de testosteronne, et ce, bien-sûr, avec-pas-d'casse. Comme le soir, y'a personne, c'est le moment idéale pour essyer les nouveaux moves, comme sauter de la petite rampe à la grosse. J'ai appris ce soir là que quand la température déscend, il y a condensation et il y a de la rosée partout. Tout devient mouillé. Même les rampes.

Après que l'urgentologue m'ai recousu le cerveau en place, il m'a recommandé de commencer "à penser" à porter un casque...



En fin de semaine, j'ai sorti mes roolerblades pour la première fois de la saison. Comme je sais que je ne suis vraiment pas en forme, je n'ai fait que 2-3 tours du bloc avant d'enlever tout ça. Les débuts de saisons sont toujourstough , donc j'y suis allé gentil et raisonnable (oui-oui, moi être personne raisonnable). En me promenant tout "doucement" dans les rues, j'ai vu 7-8 enfants en train de jouer auhockey-balle en roolerblades, tous avec un casque. (J'ai failli faire demi-tour pour ne pas déranger la game... tsé faut respecter la game; c'est les séries!) Y'avait pas ben ben d'action dans c'te game là, mais ça m'a quand même frappé de voir que tous sans exceptions avaient leur casques. En virant le coin, je vois une famille en vélo. La maman en avant et le papa en arrière qui traîne un espèce detrailler à bébé avec un papoute assis dedans. Je rallenti. 'Check ça comme y'faut. La maman a son casque, le papa a son casque, pis le papoute ben éfouairé dans l'fond de son trailler... Avec son casque.

J'en déduis que ce qui était extrême dans le bon vieux temps, est rendu, à tout fins pratique impensable et a presque complètement disparu.

Ça m'amène à me poser certaines questions du genre, c'est tu vraiment nécessaire tout ça. Est-ce qu'il faut absolument capoter de même avec la sécurité. J'veux ben comprendre que les temps changent, mais là à un moment donné... Mon grand père dans son jeune âge couchait mon père carré sur la banquette arrière de son gros Dodge pis ça y'allait à fond la caisse dans le p'tit chemin d'terre du fond du rang. "Dans l'bon vieux temps ça s'passait d'mêmeeeeee, ça s'passait d'mêmeeee dans le boooooon vieuuuuuuux teeeeeeeemps." Aujourd'hui, pensez-pas asseoir un enfant dans un char sans son siège et sans la méga-ceinture qui y passe par dessus les 2 épaules et un autre boute de strap qui y passe dans la raie et le tout, paddé-capitoné-ultra-confort-deluxe comme si on avait mit au monde des enfants fous...


On les aimes gros nos enfants. On veux pas que rien leurs arrivent. Jamais. Quand notre p'tit boute se fait mal, on à quasiment plus mal que lui. On a le coeur en miette à la moindre égratignure; je ne veux pas m'imaginer une blessure plus grave. Donc, quand ma fille va être en âge de manger du yogourt tranquille sur la galerie,je vais probablement lui mettre un casque, juste au cas.

CHeers!