Tuesday, May 27, 2008

Histoire de marde

Pour installer mon thème du jour, quoi de mieux qu'une morale de 30 sous.

Qu'est ce qui est plus FORT que tout?

Vous avez répondu, la police? La justice? L'amour? Eh ben non, vous avez tors. La chose qui est plus fort que tout c'est: l'envie de chier. Quand y faut que tu y aille, 'faut que tu y aille!


Pour déjeuné, j'ai pris mon petit bol de Fruit Loops, un brin de lait, grosse cuillère, toute mangé, client content et j'commence à penser à ma journée puisque c'est une journée assez spéciale: mon gentil boss (sans ironie, juré) m'a payé une formation chez Technologia en Gestion de projets (3 jours, vraiment nice!). J'me suis levé avant l'cadran, tout excité, les cheveux drette su'a tête, le pouelle drette su'é bras, j'avais super hate. Depuis l'temp que j'veux devenir chef de projet, j'me rapproche tranquillement de mon but. C'est vraiment cool; belle journée qui s'annonce.

Tout ça pour dire que c'est une belle journée - ordinaire mais pas routinière. Le cours commence. C'est ben intéressant pis toute, mais juste avant le dîner, j'ai comme des crampes. Une genre d'inconfort pasl'fun, mais ça passe. Je vais dîner. Deux roteux , poutine et thé glacé en canne, toute rentre ben, mais j'ai encore ces espèces de crampes. L'après midi commence. Ça revient pis ça repart, c'est pas si pire. Le cours finni, c'te mal de ventre reviens pis assez fort en plusse.

Là, j'sort du building et je me dirige vers la gare centrale (ah, les joies de la banlieu...) pour pogner mon train de 4h30. L'envie m'pogne à mi-chemain drette l'a sur le trottoire, mais ça m'pogne solide. J'commence à marcher plus vite. Fait à noter, plus tu grouille beaucoup, plus que l'envie est fort. Faque là, j'essaye pas pas trop marcher vite mais juste assez pour me rendre à temps dans la gare pour me trouver une toilette au plus sacrant. J'rentre dans la gare à grande course, mais je break dans les escaliers mécaniques (le monde devaient me trouver assez fucké merci). Je rentre dans la section foire alimentaire, je vois le petit panneau de toilette, je suis la petite flèche qui indique d'aller tout droit. J'susi à moitié plié à chercher le prochain panneau qui va pointer vers cette osti d'toilette. Flèche à gauche. Continu. Marche. J'suis presque plié en deux. Panneau. Flèche à droite. Continu. Marche encore. Ça commence à crissement presser là. J'arrête au Tim, demande à la femme l'autre bord du comptoir pour la toilette LA PLUS PROCHE, "c'est juste au coin là", j'me garoche au coin les deux mains dans l'cul. J'ai l'impression que j'vais exploser. J'arrive devant la porte. Osti d'tab&?$?/%$?/%, c'est une toilette de femme.

"Fuck-it, j'rentre!"


nb. Pourquoi j'vous conte cette histoire là? Ben c'est que, j'me suis rendu compte que de se soulager dans une place que t'as pas d'affaire, ça ne soulage pas autant; faire son ti caca en voyant sous les murs de la caboose des ongles toute bien pédicurés dans des talons hauts, ça déconcentre...

CHeers!

3 comments:

La Tribu des Zinzins said...

Au lieu de prendre les transports en commun, ça te prends la caca mobile des Tortues Ninja !!!

Grossesse Made in China said...

Comme dis mon père:
Té ben mieux de prendre 2 minutes pour faire ton tit caca que d'en prendre 10 pour laver tes culottes :P

Réglissoly said...

Imagine seulement si ça t'avais pogné dans le train!!! Dans la ligne Mtl-St-Hilaire, il n'y a aucune toilette, aucune poubelle!!! S'tu assez con!